Randonnées estivales


7 avril 2024 – Chanteurs de plaine – Genolier – 60 CHF

Niveau physique
Niveau technique


Avec l’arrivée de nombreux migrateurs, le mois d’avril marque dans nos contrées l’envol du concert printanier. L’orchestre désormais bien représenté retentit par monts et par vaux, par champs et par forêts, des petites heures de l’aube aux dernières secondes du crépuscule. Au cours d’une balade tranquille entre Genolier et la réserve du Bois de Chênes, je vous propose une rencontre avec les quelques musiciens les plus courants de nos campagnes et de nos bois. Nous nous familiariserons avec leur chant et nous essaierons de les observer, pour autant qu’ils se laissent voir. Bien entendu, l’objectif principal reste de profiter de l’ensemble de la chorale dans l’ambiance lumineuse du début de journée.

JE M’INSCRIS
(date limite 4 avril)



26 mai 2024 – Symphonie des crêtes – La Givrine – 60 CHF

Niveau technique
Niveau physique


Dans les forêts de plaine, le concert de nos amis à plumes perd peu à peu de son intensité. Sur les crêtes jurassiennes au contraire, il atteint son apogée après un départ plus tardif. A l’aube et au crépuscule, toute la montagne résonne des ardeurs reproductives et territoriales de la gent ailée et, pendant la journée, les parents effectuent d’innombrables allers et retours pour le nourrissage de leurs oisillons.
Toute cette activité les rend plus audibles et plus visibles à nos sens humains quelques peu émoussés. Au cours d’une randonnée à un rythme contemplatif, nous aurons de multiples occasions d’affiner nos yeux et nos oreilles, de mieux faire connaissance avec les habitants des lieux et de nous immerger dans l’explosion printanière du Jura.

JE M’INSCRIS
(date limite 22 mai)



29 et 30 juin 2024 – Pays d’Enhaut sauvage – Château d’Oex – 190 CHF

Niveau physique
Niveau technique



Connu principalement pour son fromage de l’Etivaz et son week-end des ballons, le Pays d’Enhaut représente encore une oasis de quiétude et de nature bienvenue dans un pays qui se remplit de toutes parts. Ainsi suffit-il de s’éloigner un peu des principales routes et localités pour profiter d’une nature riche et préservée, s’immerger au coeurs de vallons encore confidentiels ou jouer les funambules sur le fil de crêtes libres de toute présence humaine.
Quoi de mieux pour profiter du début de l’été qu’un week-end entouré de tout le petit peuple des cimes, chamois, bouquetins, marmottes et, avec un peu de chance, leurs majestés l’aigle royal ou le gypaète barbu ?

JE M’INSCRIS
(date limite 22 juin)



14 septembre 2024 – Jura: brame du cerf plaisir – Marchairuz – 60 CHF

Niveau technique
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 1-patte-2.png.
Niveau physique





Sur une combe reculée du Jura, le soleil vient de se coucher. La pénombre gagne, une petite brume stagne dans les fonds. Le crépuscule d’automne semble s’ensommeiller, mais soudains tous, hommes et bêtes, tressaillent : un râle caverneux monte de la lisière de la forêt, enfle et s’étire dans l’air qui fraîchit. Sur les avant-bras, les poils se hérissent et le coeur cogne dans la poitrine. Le maître de ces lieux revendique la suprématie sur son territoire et ses biches, avertissant tout rival ou tout intrus qu’une incursion ne se ferait qu’à ses risques et périls.

Cette émotion tout droit sortie des origines, je l’ai découverte il y a bien des automnes déjà, mais le premier brame de chaque année me ramène immanquablement en ces temps où l’homme faisait partie du sauvage. Le temps d’une soirée, suivez moi à la rencontre du maître des crêtes…

JE M’INSCRIS
(date limite 11 septembre)



21 septembre 2024 – Jura: au coeur du brame – Bassins – 60 CHF

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 2-pattes-1.png.
Niveau technique
Niveau physique





En passe de devenir un événement automnal en vogue, le brame du cerf a toujours été pour moi le point d’orgue de mes rendez-vous avec la faune, sorte d’apothéose sauvage avant le calme relatif qui précède l’hiver.

Et quelle meilleure manière pour l’expérimenter que de s’offrir une soirée hors du temps, loin des sentiers connus, pour revivre les émotions primordiales qui nous rattachent encore à la terre et à la vie des derniers millénaires ? Au coeur d’une forêt jurassienne, nos pas suivront les indices laissés par nos amis sauvages, autant de signes à déchiffrer pour comprendre leurs habitudes et l’histoire de leurs amours. Puis, dans l’obscurité envahissant les hauteurs des crêtes et le coeur des bois, nous revivrons enfin les rites immémoriaux qui résonnent encore avec la part animale enfouie profondément dans notre coeur. Un part qui, finalement, ne demande qu’à être libérée…

COMPLET



28 et 29 septembre 2024 – Brame en Valais : la combe aux cerfs – Le Châble – 190 CHF

Niveau physique
Niveau technique


Si le Jura nous offre une proximité quasi intime avec les cerfs en rut, les recoins de ses combes et la profondeur de ses bois ne nous permettent que très rarement de les observer. Il n’en va pas de même dans les réserves de chasse des Alpes où leurs majestés se savent inatteignables tout en haut des pentes escarpées. En ces lieux, il n’est pas rare de les voir paresser au soleil, entourés de toute leur cour de biches et de faons, poussant de temps en temps un bref raire paresseux.

Que le soleil baisse cependant, que le froid tombe des cieux, et voici que toute l’ardeur qui bout dans leurs veines reprend le dessus. C’est alors d’un concert surréaliste que toute la combe résonne au moment où s’allument les étoiles. Perdant toute prudence, les maîtres des lieux descendent parmi les vernes et c’est parfois à quelques dizaines de mètres qu’ils s’offrent à nos yeux ébahis. Même au coeur de la nuit, les raires s’insinuent par les fenêtres entrouvertes et peuplent nos songes, nous rappelant que le spectacle durera encore jusqu’au bout de l’aube, quand le soleil reprendra ses droits.

JE M’INSCRIS
(date limite 20 septembre)



3 novembre 2024 – Rut des chamois au Pays d’Enhaut – Rougemeont – 60 CHF

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 2-pattes-1.png.
Niveau technique
Niveau physique





Au coeur du parc naturel régional de la Gruyère – Pays d’Enhaut, le district franc fédéral des Bimis est un havre de paix pour toute une cohorte d’espèces alpines rares ou menacées. Au cours du mois de novembre, les chamois s’y regroupent par dizaines pour assurer l’avenir de leur espèce. Chaque mâle tente de s’octroyer les faveurs du plus grand nombre de femelles possible, défendant son harem avec force poursuites et coup de cornes. Dopés à la testostérone, crinière ébouriffée, pectoral saillant, les mâles semblent voler au-dessus des pierriers et avalent des centaines de mètres en quelques secondes, offrant au péril de leur santé et parfois de leur vie l’un des spectacles les plus impressionnants que la montagne peut donner en automne.
Au cours de cette randonnée en boucle, nous profiterons de chaque rencontre pour observer nos amis à cornes et en apprendre plus sur leurs mœurs, et nous aurons aussi de bonnes chances d’observer d’autres habitants de ces lieux comme les marmottes ou l’aigle royal dans de splendides lumières automnales.

JE M’INSCRIS
(date limite 31 octobre)



17 novembre 2024 – Rut des chamois à la Dôle – la Givrine – 60 CHF

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 2-pattes-1.png.
Niveau technique
Niveau physique





Plus réduite que celle des Alpes, la population de chamois du Jura est néanmoins bien représentée, surtout sur quelques sites clés comme le massif de la Dôle. Protégés dans toute la chaîne, nos amis à cornes n’y connaissent pas la chasse et se montrent nettement plus coopératifs que leurs cousins alpins, se laissant parfois observer d’assez près. Pour profiter pleinement du spectacle du rut, ses mâles superbes et leurs poursuites vertigineuses dans les ors et les bronzes de l’automne , nous n’aurons pas besoin de les déranger : la relative proximité avec les animaux tout en restant sur les chemins représente l’atout majeur de ces lieux.

Au cours d’une boucle qui nous conduira des fonds de pâturages aux crêtes de la Dôle en traversant des forêts de résineux déjà ensommeillées, nous profiterons de chaque rencontre pour en apprendre un peu plus sur nos compagnons sauvages : chamois, bien sûr, mais aussi grand corbeau, symbole de l’intelligence chez les Amérindiens, faucon crécerelle ou, avec un peu de chance, faucon pèlerin, détenteur du record de vitesse du règne animal.

JE M’INSCRIS
(date limite 13 novembre)